Pilates et Mémoires Corporelles

J’ai déjà abordé ce sujet en partie sur ma page Facebook, mais je sens ici le besoin d’en dire un peu plus à ce propos . Au berceau, nous n’avions pas trop de difficultés avec les questions de souplesse. On avait l’âge de la flexibilité. En sortant du berceau, toutefois, nous n’avons pas tardé à développer, bon gré mal gré, des mémoires corporelles qui, avec le temps, consciemment ou non, ont plutôt progressé en un certain nombre de déséquilibres musculaires. Nous ne sommes pas devenus pour autant des déséquilibrés, mais juste un peu (parfois beaucoup) physiquement ‘débalancés’ (je forge ce mot).

babyauberceau

Ont alors pris fin assez rapidement les exploits du genre ‘petits doigts de pieds potelés dans la bouche’ et autres acrobaties du genre. Et c’est ainsi que depuis, de fil en aiguille, nous avons entrepris la construction de notre histoire corporelle personnelle. Quelques chapitres, rédigés brusquement à l’occasion, ont laissé des séquelles avec lesquelles nous avons dû apprendre à vivre. Mais elles ont laissé des traces et quelques dommages collatéraux qui, avec le temps, ont plutôt tendance à s’accentuer.

Bref, ces déséquilibres, anodins au départ, sont devenus au fil des années la cause de nombreuses blessures que nous nous infligeons maintenant. Ils nous font faire, autrement dit, des mouvements incorrects qui nous blessent et grugent notre qualité de vie (tendinite, bursite, tour de rein, etc.).

Mais, comme je le dis souvent à mes élèves en classe de Pilates ou de Yin Yoga, nous sommes bénéficiaires d’une Merveilleuse Machine Humaine. Redresser un arbre qui a poussé croche depuis 30 ans c’est fatalement et pratiquement impossible. Ce n’est pas le cas par contre avec le corps humain. On peut toujours intervenir, faire quelque chose pour l’améliorer. On peut arriver à corriger bon nombre de ces déséquilibres musculaires et autres par la pratique de mouvements dits de ‘Rééducation Corporelle’ dont le Pilates fait éloquemment partie.

Loin de là toutefois la promesse que vous aurez de nouveau des boutons de puberté. L’âge chronologique va tous nous rattraper, mais il n’est pas obligé de nous rattraper à vitesse grand V. Depuis que je pratique le Pilates, je n’ai pas cessé de vieillir, mais j’ai plus que le sentiment de le faire beaucoup moins rapidement.

Le Pilates va définitivement vous faire gagner en Qualité de Vie. Je vous le garantis. C’est d’ailleurs la promesse du Pilates, sujet dont je vous entretiendrai lors de mon prochain blog.

À bientôt!

Guy Bouchard, ND (Naturothérapeute Diplômé)

Propriétaire de La Maison Pilates; instructeur de Pilates, de YinStretching, TRX, MPC (Méditation Pleine Conscience) et Intervenant en CC (Cohérence Cardiaque)

Qui peut faire du Pilates?

J’estime que pratiquement tout le monde sans exception peur faire du Pilates, sauf (l’exception confirme la règle) si vous n’êtes pas encore né ou déjà ailleurs. Trêve de plaisanterie, même si je considère que tout le monde devrait s’initier et pratiquer régulièrement le Pilates (une fondation pour mieux faire n’importe quoi par après), il n’en demeure pas moins que pour certaines raisons médicales, par exemple, il vaudra mieux s’abstenir, du moins le temps de permettre à la condition néfaste connue ou reconnue d’être suffisamment corrigée.

Personnellement, je ne prends pas d’élève qui n’ont pas reçu l’autorisation de leur spécialiste traitant. Je m’informe toujours sur la condition des personnes qui me contactent pour s’inscrire à mes cours. La plupart de mes groupes sont ‘multi niveaux’, mais je m’assure que personne n’est alors importuné par un problème ou une déficience majeur quelconque. Sur mon site, à la section ‘plage horaire’, j’incite les gens à répondre aux questions du Q-AAP – Questionnaire sur l’aptitude à l’activité physique (http://www.passeportsante.net/fr/VivreEnSante/Tests/Fiche.aspx?doc=aptitude_physique_ts). C’est révélateur pour eux comme pour moi.

Oui, le Pilates est une méthode douce, mais elle a aussi sa rigueur, ses exigences. Il faut avoir un minimum requis d’assez bonne condition physique. On ne vient pas en Pilates pour se blesser ou accentuer une blessure qui n’est pas suffisamment guérie ou traitée. Au contraire, on y vient pour se soigner davantage et y apprendre à faire de la prévention quand à des blessures passées, et ce afin de prévenir les récidives.

Je suis moi même un ‘miraculé’ du Pilates en quelque sorte. J’avais de sérieux problèmes de santé et de nombreuses consultations auprès de différentes spécialistes donnaient de bons résultats, mais toujours momentanées. J’avais besoin de me prendre en mains pour devenir mon propre thérapeute. Le Pilates a été la révélation. C’est ce que je cherchais inlassablement afin d’obtenir des résultats durables.

Je mettrais un bémol aussi pour deux autres cas: celui des enfants et des femmes enceintes. Avant 12 ans, la colonne vertébrale n’est pas complètement formée. Je ne dis pas que des enfants avant 12 ans ne peuvent faire du Pilates, mais je dis qu’il faut être plus prudent avec eux et modifier certaines mouvements pour s’ajuster à cette réalité d’un rachis encore en formation.

Et pour les femmes enceintes, si elles ont été initiées comme il se doit au Pilates avant leur grossesse, alors je ne m’inquiéterais pas trop, tout en leur précisant d’éviter tout écrasement et étirement trop prononcés du ventre. Il ne faudra pas non plus qu’elles exagèrent l’usage de la sangle abdominale. Un engagement modéré de celle-ci lors des mouvements devrait suffire. Chose certaine, toutefois, après tout l’accouchement, je leur recommanderais fortement le Pilates pour faciliter une bonne récupération générale du corps, surtout du plancher pelvien.

Bon Pilates!

Guy Bouchard, ND (Naturothérapeute Diplômé)

Propriétaire de La Maison Pilates; instructeur de Pilates, de YinStretching, TRX, MPC (Méditation Pleine Conscience) et Intervenant en CC (Cohérence Cardiaque)

TAPPING (EFT/TLÉ)

EFT veut dire Emotional Freedom Technique (la TLÉ en français, pour Technique de Libération  Émotionnelle). Elle a vu le jour il y a quelques années déjà et depuis n’a cessé de croître. J’ai eu le privilège d’apprendre cette technique il y a tout près de 10 ans au moins et depuis n’ai cessé occasionnellement de la pratiquer (sur moi surtout) avec suffisamment de satisfaction pour avoir le désir de la faire connaître plus et peut-être mieux aussi à travers ce blog.

Beaucoup d’encre a coulé sur le sujet depuis l’émergence de la pratique, ce qui par contre a donné lieu parfois à des controverses. Certaines chicanes de clocher et des dénigrements entre protagonistes enthousiastes ont parfois pris place et subsistent même encore. Je crois que cela a quelque peu nuit à la connaissance et à l’appréciation correcte de cette découverte exceptionnelle.

Il y a malheureusement toujours en tout de ces gens qui cherchent à s’approprier pour eux seuls tout le mérite d’une nouvelle trouvaille, surtout si elle est porteuse d’avenir. Certains se sont donc emparée d’une certaine façon de ladite technique, voir même d’une façon certaine et à mon avis pas toujours exacte. Personnellement, je me suis donc tenu à l’écart de certaines façons de propager la bonne nouvelle qui me semblaient un peu trop commerciale et/ou opportuniste.

Fort heureusement pour nous, toutefois, l’EFT a malgré tout bien survécu. C’est ce qui importe le plus car elle a de la valeur, du mérite et son lot de vérité. Oui, je peux en témoigner, la technique est bonne, voir même excellente parfois. Je la pratique et elle me fait du bien au besoin. Je pense utile donc de partager ses bons côtés versus ce bloc. Je n’ai pas toutefois l’intention de jouer au docteur. Ce n’est pas mon style pour tout ce que je partage à mon studio. Je préfère de beaucoup libérer les gens en leur partageant la recette en quelque sorte. J’ai donc l’intention de vous informer et vous révéler comment vous pouvez de vous-même vous appliquer la technique et en tirer profit.

Guy Bouchard, ND (Naturothérapeute Diplômé)

Propriétaire de La Maison Pilates; instructeur de Pilates, de YinStretching, TRX, MPC (Méditation Pleine Conscience) et Intervenant en CC (Cohérence Cardiaque)

Fondements du Yin Yoga

Alors qu’en Amérique du Nord le Yoga de type Yang (plus physique, musculaire et masculin) a su faire sa place, le Yin Yoga (plus féminin, réceptif et intéressé aux tissus connecteurs) gagne quotidiennement du terrain en termes d’appréciation et de mise en pratique.

Les deux en fait sont loin d’être compétitifs. Ils sont utilement complémentaires. Le Yin et le Yang sont les grandes forces de la nature. Des énergies qui ont intérêt à faire bon ménage en nous pour un maximum de mieux et plus être.

Les exercices à caractère Yang mettent davantage à contribution les muscles élastiques du corps, plus en surface. Plusieurs yogas travaillent en ce sens tels les hatha yoga, vinyasa, ashtanga et power yoga. Mais s’exercer Yang est un terme plus englobant. En fait, tout type d’exercices dont l’objectif est d’exercer les muscles et d’activer du même coup la circulation sanguine fait partie de ce groupe, tels la course, l’haltérophilie, le cyclisme,  la natation et bien d’autres.

Par contre, s’exercer Yang uniquement n’est pas complet ni suffisant pour les besoins du corps. S’exercer Yin est le supplément idéal et indispensable. Yin et Yang se balancent et s’équilibrent en nous pour de biens meilleurs résultats. Les mouvements Yin, tout comme pour ceux de la catégorie Yang, ne se limite pas non plus au yoga. Tout type d’exercices contribuant à nous calmer, à favoriser les reconnections corps esprit s’inscrit dans ce modèle (yin yoga, taichi et qigong, pour ne nommer que ceux-là, en sont de bons exemples).

En résumé, on devrait toujours pratiquer ou compter à son actif l’usage et la pratique de ces deux formes d’activité physique. Les méridiens de notre corps (canaux d’irrigation et de circulation du chi, de l’énergie vitale) ont besoin des deux : les mouvements yin effectueront le dragage de fond requis pour mettre à jour l’accumulation des débris, tandis que les mouvements yang stimuleront les jets de fluides utiles pour compléter un grand ménage ou nettoyage.

Pour en apprendre plus sur le sujet, suivez-nous sur ce blog. Inscrivez-vous pour recevoir toutes nos mises à jour.

Guy Bouchard, ND (Naturothérapeute Diplômé)

Propriétaire de La Maison Pilates; instructeur de Pilates, de YinStretching, TRX, MPC (Méditation Pleine Conscience) et Intervenant en CC (Cohérence Cardiaque)

La Respiration Pilates Symplifiée

Tel que mentionné dans un précédent article sur le sujet de la Respiration Pilates, se doucher intérieurement à chaque jour est possible si nous apprenons à respirer profondément, ce que précisément la respiration Pilates (diaphragmatique, latérale, costale) rend grandement, voir largement possible.

Pour simplifier le tout, soulignons qu’il faut viser à apprendre à essorer nos poumons comme on le ferait avec une serviette humide et dont on voudrait en extraire jusqu’à la dernière goutte d’eau. Il ne faut pas exagérer le mouvement ni le saccader. La Respiration qui accompagne tous les mouvements du Pilates doit être lente autant dans la phase d’inspiration que d’expiration. À l’inspiration il faut zipper la région centrale et à l’expiration creuser cette même région. Nous allons détailler cela en cours de route, mais pour l’instant retenir qu’en Pilates on ne bloque jamais le souffle.

Il ne s’agit pas pour autant de condamner les autres façons de respirer que nous utilisons, consciemment  ou non. En fait, il n’y probablement pas de mauvaises façons de respirer, ou presque. Il  n’y a plutôt que des façons inadéquates de les utiliser. Mais le génie de Joseph Pilates s’est imposé à ce niveau. La respiration Pilates nous permet de faire circuler davantage d’air dans nos reins et dans nos hanches, ce que la simple respiration abdominale (notre respiration de base quotidienne surtout inconsciente) ne parvient pas à faire. Et plus une respiration permet de faire circuler un nouvel air plus largement et abondamment dans le corps, meilleur est ce douchage (j’invente ici sans doute le mot). Autrement dit, en respirant Pilates on parvient à faire sortir davantage de toxines de  son corps, l’un des moyens les plus efficaces pour prévenir l’intoxication.

Respirez donc bien, en profondeur, et au grand air le plus souvent possible.

Plus sur le sujet prochainement. Bon Pilates!

Guy Bouchard, ND (Naturothérapeute Diplômé)

Propriétaire de La Maison Pilates; instructeur de Pilates, de YinStretching, TRX, MPC (Méditation Pleine Conscience) et Intervenant en CC (Cohérence Cardiaque)

Comment vieillir plus vite que son âge

« Si votre colonne vertébrale est inflexible, raide à 30 ans,  vous êtes vieux ; si elle est complètement flexible à 60 ans, alors vous êtes jeune. »  – Joseph Pilates 

spineL’opinion de Monsieur Pilates à ce sujet est assez juste et clair : la flexibilité de la colonne vertébrale détermine en très grande partie notre âge, beaucoup plus que le nombre d’anniversaires que nous avons vécu.

Garder au jour le jour notre colonne vertébrale flexible peut s’avérer une tâche assez difficile dans un monde stressé et stressant de plus en plus. Heureusement pour nous, des méthodes de mise ou remise en forme telles le Pilates viennent à notre rescousse. Nous en avons grandement besoin.

Le simple fait de nous tenir debout, de s’asseoir et de marcher tous les jours sont des activités où la présence de la gravité compresse régulièrement notre colonne vertébrale, tant et si bien qu’avec les années les disques localisés entre nos vertèbres (lesquels doivent agir tel des amortisseurs) se dessèchent et s’usent prématurément. Lorsqu’ils manquent de lubrification, d’une bonne oxygénation et d’afflux sanguin de qualité, nos disques s’amenuisent, perdent leur souplesse et c’est alors que notre dos en a plein le dos de plus en plus.

Compression et décompression souples des disques de la colonne vertébrale versus des mouvements bien pensés contribuent à les garder bien hydratés.Les mouvements du Pilates ont l’ingéniosité d’avoir été conçus pour faciliter ce travail.

Comme l’a si bien affirmé Joseph Pilates, « nous avons l’âge de notre flexibilité », et le maintien d’une flexibilité de qualité passe par l’entretien quotidien de notre arbre de vie qu’est notre colonne vertébrale.

Quand la santé va tout va, et je préciserais même que quand le dos va, tout va encore mieux. On bouge mieux, on pense mieux aussi. Le rachis se prolonge jusqu’à la base du crâne et l’impact d’une colonne vertébrale en santé sur la qualité de nos émotions n’est pas a négligé non plus.

Bon dos,

Guy Bouchard, ND (Naturothérapeute Diplômé)

Propriétaire de La Maison Pilates; instructeur de Pilates, de YinStretching, TRX, MPC (Méditation Pleine Conscience) et Intervenant en CC (Cohérence Cardiaque)