Prendre le temps de faire un peu de Yin Yoga

Vous vous croirez peut-être trop occupé pour faire de l’exercice durant la période des Fêtes, surtout s’il s’agit de prendre une pause du genre Yin Yoga qui parfois peut se prolonger au-delà de 3, 4 ou même 5 minutes? Alors laissez-moi essayer de vous convaincre que cette pratique, le Yin Yoga, (accompagnée également de quelques instants de Méditation Pleine Conscience), est certainement l’une de celles que vous devriez oser favoriser quand les périodes de votre vie sont plus occupantes, préoccupantes et troublées.

Force de constater que plus le temps s’agite, plus on s’agite nous même, et on a beau dire et faire, on finit toujours par ressentir un certain besoin, voir même un besoin certain de prendre un temps d’arrêt pour recharger notre batterie en quelque sorte. Pour un, (et ce même si je suis un fervent adepte, pratiquant et enseignant du Pilates*), je sais que ma pratique personnelle des mouvements du Yin Yoga est un essentiel pour refaire le plein, surtout quand l’agitation est devenue telle qu’elle s’en prend même à mon sommeil, ce dernier alors devenant moins réparateur.

* Mes élèves de Pilates savent que j’ajoute régulièrement quelques mouvements du Yin Yoga à la fin de mes séances de Pilates, et ils l’apprécient grandement.

Et pourquoi en est-il ainsi? Tout simplement et surtout parce que le Yin Yoga est un yoga qui favorise l’introspection, c’est à dire l’occasion, la merveilleuse possibilité de se tourner vers soi, vers l’intérieur, précisément là où on peut plus facilement nourrir son havre de paix personnel. On ne peut faire du Yin Yoga sans un certain calme au départ qui aussitôt induit en nous davantage une détente bienfaisante et bénéfique. Et comme on doit faire preuve de patience dans l’exécution des mouvements (aucune brusquerie n’a sa place en Yin Yoga), on devient ainsi moins réactif ou agité, donc plus à l’écoute de ce qui va ou ne va pas.

Je ne peux pas faire un ou des mouvements de Yin Yoga sans aussitôt me sentir mieux. J’ai le sentiment de reprendre possession de mon habitacle naturel. Je me sens de nouveau mieux dans ma peau. Je recommence à mieux bouger, plus lentement, plus posément. Quelques poses et voilà que je deviens plus reconnaissant d’avoir vie, mouvement et être. Je réapprends à mieux vivre avec mes émotions. Un mot résume tout cela: RÉSILIENCE.

Et si tout va bien (le contraire est rarement le cas), je suis tout naturellement séduit par l’idée de m’offrir un moment de Méditation Pleine Présence. Le calme physique que procure la pratique du Yin Yoga invite à la réflexion, condition parfaite pour que tout devienne plus clair. Dans ce genre de moments précieux, on peut mieux s’apercevoir ou, mieux encore, VOIR NOTRE VRAI MOI.

Faites-en l’essai. L’apprentissage du Yin Yoga n’est pas compliqué. Votre manque initial possible de souplesse sera vite remplacé par de savoureux sentiments d’équilibre.

Bonne lecture et passez de belles Fêtes!

Guy Bouchard, ND (Naturothérapeute Diplômé)

Propriétaire de La Maison Pilates; instructeur de Pilates, de YinStretching, TRX, MPC (Méditation Pleine Conscience) et Intervenant en CC (Cohérence Cardiaque)

Le Pilates et l’acquisition de nouvelles mémoires corporelles.

Avec la pratique du Pilates j’ai pu constater, agréablement, que de nouvelles mémoires corporelles avaient pris place à certains  endroits de mon  corps. L’installation ou l’ acquisition, si vous préférez, de nouvelles mémoires corporelles est un complément extrêmement bénéfique du Pilates  dont j’aimerais vous entretenir aujourd’hui.

Avec les années nous avons tous fait l’acquisition de mémoires or réflexes corporels, des bons comme des mauvais. Plus souvent qu’autrement, toutefois, ce sont des automatismes de moindre qualité que nous avons acquis, et ce pour toutes sortes de raisons, il va s’en dire. On ne s’est pas toujours rendu compte de cela car c’est souvent de façon inconsciente que ces mémoires se sont nichées en nous, pour ne pas dire emparées de nous. À prime abord, nous avons bien accepté cela car en réalité ces mémoires corporelles sont des réactions ou réponses dont s’équipe notre corps pour agir, bouger, bref pour exécuter pratiquement tous nos gestes quotidiens.

En principe ces mémoires nous sont donc fort utiles, et même parfois, de façon surprenante, les moins bonnes nous ont servi et nous servent possiblement encore assez bien tout de même aujourd’hui.  Du moins pour un temps encore, et en apparence surtout car, il faut bien l’admettre, ces gestes répétés et plus ou moins réfléchis d’un certain nombre de ces mémoires finissent toujours par nous causer des dommages, parfois lentement mais non moins surement.

Et bien que nous ayons appris d’une certaine façon à vivre avec, il vient un autre temps (possiblement qu’il est déjà venu) où nous constatons le tort qu’elles nous ont fait et continuent de nous causer. C’en est alors trop. Ce n’est plus possible d’endurer certaines douleurs qu’alimentent maintenant ces mauvais plis.  Et quand cela se produit, (s’est produit, où va se produire tôt ou tard), nous prenons dès lors fortement conscience que si rien n’est fait pour apporter certains correctifs nécessaires et souhaitables à cette situation, ces dommages vont tout bonnement et définitivement continuer de s’aggraver, de s’intensifier avec l’ajout des saisons et certainement qu’ils vont nous compliquer un peu plus, sinon beaucoup plus, l’existence. Une perspective peu reluisante pour une fin de vie qui nul doute s’annonce plus pénible que prévu ou espérée. Si vous en êtes arrivés là,  oui, IL FAUT FAIRE QUELQUE CHOSE. VOUS PRENDRE EN MAINS. Et si vous n’y êtes pas encore, alors tant mieux, mais dépêchez-vous de prévenir l’inévitable.

Ceci étant dit, JE CONCLURAI TOUTEFOIS SUR UNE NOTE PLUS POSITIVE. Heureusement pour nous, nous sommes dotés d’une merveilleuse machine humaine. S’il est difficile, voir impossible de redresser un arbre ayant poussé de façon déviée durant plus de 30 ans, par contre il est toujours possible de regagner en qualité de vie pour ce qui est du corps humain.

Oui, on peut réformer le corps avec l’aide de l’une ou l’autre des différentes disciplines dont la fonction première vise la rééducation corporelle. Je sais (étant moi-même une sorte de miraculé du Pilates) que cette méthode s’inscrit merveilleusement bien dans cette catégorie. Le Pilates nous aident à corriger bon nombre de ces mauvaises mémoires, à les transformer,  les convertir même en de nouvelles versions nettement améliorées.

Faites-en l’essai. Rien à perdre, au contraire, tout à gagner!

Au plaisir donc d’avoir le privilège de vous initier à cette excellente méthode,

Guy Bouchard, ND (Naturothérapeute Diplômé)

Propriétaire de La Maison Pilates; instructeur de Pilates, de YinStretching, TRX, MPC (Méditation Pleine Conscience) et Intervenant en CC (Cohérence Cardiaque)

Neuroplasticité et Pilates

neuroplasticité

La Neuroplasticité (plasticité neuronale ou cérébrale) et le Pilates font bon ménage. Ils rendront votre pratique des mouvements de cette méthode de mise ou remise en forme plus efficace que jamais. Les principes enrobant du Pilates font en sorte que les exercices de cette discipline vont, lentement et surement, discipliner tout votre corps avec un plein d’avantages collatéraux. Il s’en suit en effet inévitablement un renforcement de l’union ‘corps esprit’. La pratique du Pilates a des effets bénéfiques des pieds à la tête.

La neuroplasticité y est grandement pour quelque chose. J’explique.

La neuroplasticité est cette merveilleuse capacité mise à jour du cerveau à se réorganiser lui-même au besoin en développant de nouvelles connections neuronales, d’où, entre autre, notre habilité à être et devenir plus résilient. Et si pour un temps les chercheurs en la matière ont cru que la neuroplasticité (cette ingéniosité du cerveau à se réorganiser lui-même) était plutôt limitée une fois passé un certain âge, les plus récentes découvertes sur le sujet ont davantage révélés que notre cerveau apprend et change tout au cours de notre vie.

Il est maintenant admis que nous pouvons tous élever la plasticité de notre cerveau pour créer, générer les changements que nous souhaitons voir prendre place dans notre vie, incluant des améliorations au niveau corporel.

Les leçons que nous enseignent le concept de la ‘Neuroplasticité’ suggèrent donc que la pratique régulière du Pilates peut nous faire faire bien plus que des exécutions chorégraphiques gracieuses visant à allonger et renforcer les muscles du corps. Le Pilates, ‘neuroplastiquement parlant’, est bien sur cela mais aussi bien plus encore. Il devient également un magnifique véhicule pour susciter un esprit vibrant et dynamique. C’est la raison pour laquelle après une bonne séance de Pilates on se sent mieux, pas seulement physiquement, mais aussi mentalement, voir même spirituellement. L’effet ‘détente neurologique’ est indéniable et conséquent.

Tout comme la nourriture est nécessaire au système nerveux, un état d’esprit curieux, attentif et éveillé favorise une nouvelle activité neuronale. Les nerfs sensoriels naviguent comme des poissons là où notre attention les convoque et c’est ce qui fait en sorte qu’une bonne séance de Pilates se traduit toujours en un océan de surf kinesthésique et de ré-câblage cervical.

En d’autres termes, le fait d’être enjoué, motivé et explorateur dans l’exécution d’une routine où les mouvements du Pilates s’enchaînent et se nouent les uns aux autres ne peut qu’accentuer la dextérité physique et mentale. Avec le temps, la pratique et l’assiduité, on devient plus concentré et attentif à soi. On perçoit mieux ce qui se passe et doit se passer dans l’exécution des mouvements pour en tirer le maximum  de bénéfices. Et c’est à travers ce processus, parfois semé de hauts et de bas, que nous progressons vers un mieux-être exceptionnel. Nous prenons plaisir à une amélioration fonctionnelle, pas nécessairement parce que nous l’avons voulu, mais parce que le corps a exploré et découvert des options plus efficaces de se mouvoir, des façons et capacités qu’ils ne soupçonnait pas posséder avant.

En résumé, cette logique implacable du processus d’apprentissage en toute chose que les découvertes en neuroplasticité nous a révélée, nous permet d’affirmer haut et fort que la pratique du Pilates ne consiste pas uniquement en l’exécution de mouvements et d’exercices. Ces mouvements deviennent des prétextes, des occasions, des moyens pouvant être explorés et adaptés EN VUE DE CRÉER ou METTRE EN PLACE  DE NOUVELLES OPTIONS et CAPACITÉS POUR LE CORPS. C’est un clef dans la serrure vers un univers de possibilités.

Guy Bouchard, ND (Naturothérapeute Diplômé)

Propriétaire de La Maison Pilates; instructeur de Pilates, de YinStretching, TRX, MPC (Méditation Pleine Conscience) et Intervenant en CC (Cohérence Cardiaque)